Accueil du site > newsletter > A la Une > >>> Le Conseil Economique Social et Environnemental, CESE, préconise de (...)

>>> Le Conseil Economique Social et Environnemental, CESE, préconise de favoriser l’insertion sociale et professionnelle...

Le Conseil Economique Social et Environnemental, CESE, a rendu ses préconisations sur l’impact du chômage sur les personnes et leur entourage.

Le CESE préconise, entre autres, de renforcer le caractère global de l’accompagnement :

  • en améliorant la qualité de l’accueil à Pôle emploi
  • en favorisant l’insertion sociale et professionnelle
    • des jeunes : en ouvrant des financements à la hauteur de la généralisation de la garantie jeunes
    • des parents : en accélérant la création de places de crèches et en finançant des crèches à vocation d’insertion professionnelle, en garantissant l’accès de tous les enfants à la cantine.
  • en prévenant certaines conséquences financières du chômage
    • en soutenant les approches budgétaires qui prennent en compte les conditions de vie et les manques ressentis
    • en prévoyant des budgets d’urgence auprès de diverses institutions – action sociale des Départements et d’organismes de protection sociale – pour apporter un soutien financier face aux restes à charge des appareillages sanitaires.
  • en favorisant les liens sociaux et la participation des personnes au chômage :
    • en diffusant les bonnes pratiques des initiatives locales qui permettent d’associer les personnes en situation de chômage aux politiques publiques en faveur de l’insertion sociale et professionnelle ;
    • en attribuant aux associations et organisations qui soutiennent et accompagnent les personnes privées d’emploi, les moyens financiers qui leur permettent d’accomplir leur mission et leurs actions.

Pour comprendre le contexte des préconisations, voici les chiffres concernant les personnes privées d’emploi :

Texte de présentation du CESE : Le chômage touche 10,6 % de la population active. 40 % des chômeur.euse.s ne sont pas indemnisé.e.s. Pourtant, l’impact du chômage sur les personnes et leur entourage reste méconnu. 14 000 décès par an lui sont imputables, il augmente le risque de séparation des couples, compromet l’avenir des enfants. Le chômage est un « facteur de risque » qui doit être appréhendé comme tel : organisation d’un suivi sanitaire et psychologique précoce ; accompagnement renforcé en termes d’accueil par Pôle emploi et d’insertion sociale et professionnelle… Mais c’est aussi le regard sur les personnes au chômage qu’il faut changer. La lutte contre les discriminations fondées sur la précarité sociale, la médiatisation de leur vécu, leur participation aux politiques publiques qui les concernent poursuivent cet objectif.

Documents joints
SPIP | Se connecter | Plan du site | Mentions légales | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0 |